A la UneActualitéJusticeSociété

Gestion de la fortune publique : Martin Mbarga Nguélé interdit la sortie du territoire à une quarantaine de personnalités

Trois messages portés du Délégué général à la sûreté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé, en circulation sur les réseaux sociaux depuis le week-end dernier, révèlent que 39 gestionnaires de la fortune publique sont interdits de sortir du territoire camerounais.

Ces messages adressés aux unités de police postées aux frontières du pays, précisent qu’en cas de tentative de fuite, ces personnes doivent être interpellées et mises à la disposition de l’unité des enquêteurs du Tribunal criminel spécial (TCS), qui connaît des affaires de détournements des Fonds publics.

Sur la liste du Dgsn, au moins trois sont des personnalités bien connues, pour avoir géré des entreprises publiques. Il s’agit notamment de Faï Yengo Francis (photo), ancien gouverneur de la région du Littoral, qui fut pendant longtemps le président du Conseil d’administration (PCA) du Port autonome de Douala (PAD) ; et Dayas Mounoumé, ancien directeur général de cette entreprise publique, chargée de la gestion de la plateforme portuaire de la capitale économique camerounaise.

Ce dernier, que des sources concordantes disent être en fuite depuis son limogeage de la tête du PAD, est déjà, depuis le 3 juillet 2015 (il n’était pas à l’audience du TCS de ce jour-là), sous le coup d’une condamnation à 15 ans de prison, pour une affaire de détournement de 458 millions de francs Cfa au sein de l’entreprise portuaire publique.

La 3ème personnalité bien connue sur la liste sus-mentionnée est Camille Ekindi, ancien directeur général du Crédit foncier, la banque de l’habitat du Cameroun.

Arrivé à la tête du Crédit foncier, le 13 septembre 2005, Camille Ekindi a succédé à Joseph Edou, qui sera interpellé un an plus tard, puis condamné à une lourde peine d’emprisonnement, pour détournements de deniers publics. Idem pour son PCA, Boto’o à Ngon, qui décèdera derrière les barreaux, quelques mois seulement après son interpellation.

Par Brice R. Mbodiam

INVESTIR AU CAMEROUN
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!