A la UneActualitéCommunicationSociété

Rapport d’Amnesty International sur la crise anglophone : Issa Tchiroma dénonce de « grossiers mensonges »

Le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, a dénoncé les "grossiers mensonges" contenus dans un rapport d'Amnesty International sur les violences et les exactions commises dans les régions anglophones du Cameroun.

« L’édition 2017-2018 du rapport d’Amnesty International est entachée de grossiers mensonges, de déductions hâtives, de manoeuvres diffamatoires inadmissibles qui s’inscrivent dans une stratégie de harcèlement et de déstabilisation de notre pays dans la lutte qu’il mène contre le péril terroriste », affirme M. Tchiroma Bakary dans une déclaration.

Important dispositif de sécurité à Buea, chef-lieu du sud-ouest du Cameroun, le 1er octobre. | Photo : © STRINGER / AFP / Illustration

Le gouvernement camerounais « rejette avec la plus grande fermeté ce prétendu rapport qui, sous le prétexte de la protection des droits humains, ne constitue qu’un tissu d’approximations et d’allégations mensongères », ajoute-t-il.

Dans son rapport publié mardi, Amnesty, organisation internationale de défense des droits de l’Homme, a affirmé que « les forces de sécurité camerounaises ont commis des violations des droits humains, dont des homicides illégaux, des exécutions extrajudiciaires, des destructions de biens, des arrestations arbitraires et des actes de torture durant des opérations militaires ».

Témoignages et photos à l’appui, Amnesty a documenté 23 cas de torture dans le village de Dadi (Sud-Ouest) en décembre.

« La population est prise entre deux feux, entre le marteau et l’enclume: entre les violations des droits de l’Homme et les crimes commis par les forces de sécurité, et la violence des séparatistes armés qui s’en prennent également aux citoyens ordinaires », a estimé Ilaria Allegrozzi, chercheuse d’Amnesty.


>> Lire aussi : Crise anglophone : le pouvoir laisse la porte ouverte aux médiations selon Issa Tchiroma Bakary


« Peut-on admettre qu’une armée régulière soit de cette façon mise sur le même pied d’égalité que des bandes criminelles et terroristes? », s’est interrogé le ministre camerounais, également porte-parole du gouvernement.

Selon lui, « nulle part au monde en effet, il n’est admissible de laisser prospérer, sous l’oeil des autorités légitimes, des enlèvements avec demande de rançon, des rackets et des viols, des pillages et des assassinats, des blasphèmes de symboles et d’emblèmes de la République ».

Un conflit armé oppose depuis fin 2017 les forces de sécurité et des groupes armés réclamant la sécession des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Selon Amnesty, au moins 44 membres des forces de sécurité ont été abattus par des séparatistes entre septembre 2017 et mai 2018 dans les régions anglophones.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l’ONU, et 34.000 se sont réfugiées au Nigeria, selon les autorités nigérianes.

VOA Afrique

Avec AFP
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!