A la UneActualitéÉconomieEntrepriseHumanitaireSociété

Crise anglophone : Des entreprises s’engagent au profit de l’aide humanitaire

De nombreuses entreprises basées au Cameroun, dont des filiales de grands groupes étrangers, tant dans le secteur de la finance que de l'industrie, ont affiché leur engagement à soutenir le plan des autorités camerounaises, à mobiliser 13 milliards de FCFA pour le financement d'une aide humanitaire dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest du pays.

Répondant à l’appel de la principale autorité de la région du Littoral, la circonscription administrative qui couvre la capitale économique Douala, des engagements et promesses d’engagement continuaient de tomber jusqu’à 19 heures lundi 02 juillet 2018.

Parmi quelques contributions, on peut noter des engagements comme ceux des filiales locales des groupes Société Générale (5 millions de FCFA), Dangote (40 millions $) ou encore de Telcar Cocoa (15 millions de FCFA), le principal exportateur de cacao du pays.


>> Lire aussi – Plan d’assistance humanitaire d’urgence Nord-Ouest et Sud-Ouest : Paul Biya solidaire des victimes de la rixe contre le terrorisme sécessionniste


On ne sait pas encore à combien s’est élevée la cagnotte finale de la ville de Douala, sachant que, pour la ville de Yaoundé, les autorités ont annoncé avoir mobilisé un peu plus de 150 millions de FCFA. Bien qu’ils se montrent engagés, certains responsables d’entreprises mentionnent tout de même un manque de visibilité dans la gestion de cette situation qui semblent devenir de plus en plus complexe.

Jusqu’ici, les autorités n’ont pas encore défini le statut de crise de ces deux régions qui abritent une moyenne de 13 à 14% de l’économie nationale et par ricochet un volume important des activités, notamment de grands groupes multinationaux.


>> Lire aussi – Plan d’assistance humanitaire d’urgence pour le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Paul Atanga Nji mis à l’épreuve


Plusieurs d’entre eux se refusent à quitter la zone, mais souhaitent avoir des réponses, en matière de sécurisation de leurs installations et de leurs responsables. Certains vont même jusqu’à espérer d’obtenir de l’administration une forme de solidarité, en matière fiscale, sous la forme de compensation pour les pertes survenues en raison de cette crise dite anglophone.

Si certains grands groupes comme ENEO, EDF ou encore Société Générale bénéficie d’une couverture de la part de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA), cette couverture ne concerne que des projets et investissements spécifiques.

Par Idriss Linge

INVESTIR AU CAMEROUN
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!