A la UneActualitéFaits diversSociétéTerrorisme

Crise anglophone : Un gendarme tué par des sécessionnistes

Un gendarme a été tué dans une attaque armée lancée par des sécessionnistes mercredi matin contre le poste de sécurité où il exerçait à Balikumbat, dans le Nord-Ouest du Cameroun, annoncent des sources sécuritaires sans donner de précisions de l'attaque non encore confirmée par les autorités.

Cette attaque alourdit le nombre des victimes de la crise anglophone dans laquelle le Cameroun est plongé. L’attaque a également fait un blessé, un autre gendarme mais encore élève en formation déployé dans le même poste de sécurité. Les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au Cameroun, sont secouées par des violences commises par des groupes armés sécessionnistes depuis octobre 2016.

Le 20 juin, lors de l’annonce d’un plan de réponse humanitaire gouvernemental, le Premier ministre, Philemon Yang, avait dressé un bilan de 84 membres des forces de défense et de sécurité tués en un an dans les attaques attribuées aux sécessionnistes dans cette partie du pays.


>> Lire aussi – Violences dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : le ras-le-bol des populations


Dans ce bilan, le nombre de victimes était plus élevé chez les gendarmes, avec 42 morts déclarés. 32 tués étaient enregistrés chez les militaires, 7 parmi les policiers, 2 dans le corps des gardiens de prison et un chez les éco-gardes.

Ce bilan n’a cessé d’augmenter depuis lors à cause de la poursuite des attaques de ces groupes qualifiés de « terroristes » par les autorités, signe de l’enlisement de la crise qui frappe les deux régions anglophones, en dépit de nombreuses mesures d’apaisement prises par le gouvernement.

Par Xinhua

Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!