A la UneAnalyseOpinionsPolitique

Présidentielle du 7 octobre prochain : Terrible duel Paul Biya – Maurice Kamto

Ce sera le 7 octobre 2018 que le peuple camerounais élira, son nouveau président, affirme le décret présidentiel de ce 10 juillet 2018 à Yaoundé, capitale politique du pays. La promulgation officielle de ce décret autorise également aux candidats de ladite présidentielle de déposer officiellement leur candidature avant qu’il ne soit trop tard.

Depuis ces derniers développements du paysage politique camerounais de ce 10 juillet 2018, certains Camerounais du pays et ceux de la diaspora, ne voient qu’un seul terrible duel politique, celui qui oppose désormais Paul Biya, président sortant et probable candidat à sa propre succession et Maurice Kamto, président du MRC, parti politique de l’opposition et sérieux candidat de cette présidentielle camerounaise de tous les dangers du Cameroun qui vient.

Nul n’empêchera ces Camerounais de dire ce qu’ils pensent…

Une forme de politique fiction qui nous autorise, nous aussi de mettre notre grain de sel dans les forces et les faiblesses objectives de Paul Biya, candidat du RDPC et de Maurice Kamto, candidat officiel du parti RMC.

Si le citoyen Paul Biya est « candidat » à sa propre succession, le peuple camerounais veut connaître le plutôt possible :

  • son projet de transformation du Cameroun qu’il a dirigé et ambitionne de diriger s’il est réélu en 2018
  • le pays est encloué dans de crises politiques et économiques sévères ; la secte Boko Haram, la crise des Camerounais d’expression anglophone
  • l’économie du pays est très fragile à causes de la chute des prix des matières premières
  • les plans d’ajustements structurels imposés par la Banque Mondiale et le l’FMI

Les points forts du candidat Paul Biya : 

  • sa solide expérience politique
  • son succès au conflit frontalier de l’île de Bakassi, qui opposait le Cameroun et le Nigéria
  • la stabilité politique du Cameroun d’au moins trente ans, du jamais vue dans un pays d’Afrique noire francophone, d’après les indépendances africaines en 1960 à ce jour

Les points de faiblesses du candidat Paul Biya: 

  • le bilan de 36 ans de pouvoir du candidat Paul Biya dans les domaines suivants : le développement global et spécifique dans les dix régions du pays
  • les réformes de la justice, la santé, l’éducation, la recherche scientifique, la sécurité des personnes et des biens, l’unité entre Camerounais, la solidarité, la tolérance, la lutte contre la corruption, la moralité etc.

Et si le citoyen Maurice Kamto, candidat du RMC parti de l’opposition veut gagner la confiance du peuple camerounais dans les dix régions du pays, afin d’avoir la chance d’être élu troisième présidents camerounais le 7 octobre 2018 prochain. Il devrait au moins convaincre le peuple camerounais sur les points suivants :

  • son projet de transformation du Cameroun en contexte du nouveau monde exigeant, notamment :
  • l’unité du pays, rassembler les Camerounais dans leur riche diversité socioculturelle
  • comment le candidat Maurice Kamto, compte régler les crises politiques actuelles et économiques du pays ; la secte Boko Haram, la crise des Camerounais d’expression anglophone
  • l’économique du Cameroun est au bord du suicide économique, la chute des prix des matières premières
  • les plans d’ajustements structurels imposés par la Banque mondiale et le l’FMI
  • le Franc CFA en question
  • la politique africaine de la France dans un nouveau monde du tout business

Les points forts de Maurice Kamto sont :

  • c’est un homme politiquement neuf, ça aiguise la curiosité intellectuelle de savoir ce qu’il est capable de faire pour l’intérêt du Cameroun qui vient
  • il est selon ceux qui connaissent ses réalisations professionnelles, un homme compétent, c’était hier, mais aujourd’hui ?
  • il est apprécié question d’image ou de désir de changement d’homme politique, au Cameroun et dans la diaspora

Ses points de faiblesses : 

  • son manque de bilan national
  • son déficit de projet de réforme, notamment: t rassembler les Camerounais des dix régions du pays et ceux de la diaspora
  • promouvoir la politique du mérite, l’unité nationale, le respect du travail de l’autre
  • la lutte contre la corruption généralisée au Cameroun, le tribalisme
  • déficit plus large d’ouverture aux débats d’idées
  • l’orgueil et le mépris d’un homme suffisant, selon ses adversaires politiques

Pour être un président camerounais moderne de ce jour, ça fait beaucoup.

Mais certains points de forces et de faiblesses objectives de deux candidats sont déjà connues par les Camerounais sous le règne de Paul Biya, ne sont pas insurmontables pour peu que par exemple, Maurice Kamto, choisi la voix de l’intelligence pragmatique, du professionnalisme, du bon sens, de l’amour de servir son pays pour l’intérêt de la jeunesse du Cameroun qui vient.

Par Dr Mathieu Mbarga-Abega

JOURNALISTE POLITIQUE, ÉCRIVAIN ET SPÉCIALISTE DE LA POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE, Ex-GRAND-REPORTER À RADIO FRANCE INTERNATIONALE, A RADIO FRANCE CULTURE, ÉDITORIALISTE ET CHRONIQUEUR A TELESUD, DIRECTEUR DE L’INFORMATION CHEZ LES NOUVELLES DE LA FRANCOP…
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!