A la UneOpinions

Présidentielle 2018 : Pourquoi les partis du « P20 » de l’opposition ont raison de soutenir Paul Biya

Contre toute attente, 20 partis de l’opposition viennent de décider de soutenir le président Paul Biya en vue de l’élection présidentielle d’octobre 2018. Cette volte-face fait jaser l’opinion publique nationale et internationale. Et pourtant !

L’affaire fait désormais les choux gras de la presse, tout autant qu’elle fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux ! De quoi s’agit-il ? C’est que depuis le 20 juillet dernier, et contre toute attente, un groupe de 20 partis politiques de l’opposition camerounaise, parmi les plus critiques et les plus acerbes contre le Renouveau national, ont subitement décidé de soutenir la candidature du président Paul Biya à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. Au-delà de la surprise suscitée, des diffamations enregistrées, du tollé vociféré et des accusations de trahison déversées contre ces partis politiques, laissons tout de même place à une analyse objective de la situation et des mobiles qui ont amené des leaders de partis d’habitude amers et acariâtres comme Me Jean de Dieu Momo et Banda Kani à faire volte-face et à soutenir leur « adversaire politique » Paul Biya.

Me Jean de Dieu Momo | Photo d’archives

On peut comprendre que l’indignation d’une certaine opinion soit à la dimension de la qualité des opposants acerbes qui viennent de retourner la veste, mais ce soutien est loin d’être inédit en politique. Politiquement parlant, rien n’empêche un parti de soutenir un quelconque candidat, qu’il soit de l’opposition ou du pôle de la majorité présidentielle. Sur ce point de vue, Me Momo et ses compagnons du « P20 » ou « G20 » ne commettent aucune faute à militer pour la candidature du président Paul Biya. La raison que les membres du G20 avancent est d’autant plus solide et réaliste qu’elle émane de l’impossibilité de la concrétisation de la candidature unique de l’opposition qu’ils appelaient de tous leurs vœux.

Face à l’échec d’une candidature unifiée de l’opposition pour affronter Paul Biya, à la Présidentielle 2018, ces partis dépités par l’égoïsme des autres leaders de l’opposition qui font chemin en solo dans cette compétition, ont simplement et courageusement pris une position contraire à leurs aspirations initiales : soutenir Paul Biya qu’ils ont toujours combattus et critiqués.


>> Lire aussi – Présidentielle 2018 : la candidature de Paul Biya reçoit le soutien massif du G20


Mais, au juste, pourquoi le PADDEC et les autres partis ont-ils a pris la décision surprenante de soutenir la candidature de Paul Biya après l’avoir très souvent farouchement combattu? L’un des leaders du groupe, Me Jean de Dieu Momo justifie ce choix inopiné : « Biya a eu 3.772.000 voix en 2011 contre 552.000 voix pour Fru Ndi, sur 7.500.000 inscrits. La liste de cette année affiche à ELECAM 6.300.000 voix. Soit moins qu’en 2011 après toilettage. Enlevez les 3 millions de voix de Biya il reste combien a l’opposition a partager entre plus de dix candidats??? 3.300.000 votants. C’est mathématique!!! Unis l’opposition aurait pu gagner. Désunie elle va se partager 3.300.000 voix pour tromper le peuple alors qu’elle a légitimé le vote de Biya… Moi j’ai choisi de ne pas jouer la comédie ou de gagner de l’argent de campagne. Ai-je eu raison ou tort ? L’histoire nous le dira. »

Un soutien de raison

Banda Kani | Photo d’archives

À l’instar de Banda Kani et Fritz Ngoh qui vilipendent les attitudes égoïstes de l’opposition qui milite pour la théérie égocentrique du « moi candidat ou personne d’autre », Me Momo théorise davantage sa prise de position face à ceux qui lui jettent la pierre sous le prétexte de sa trahison, l’avocat se veut plus disert : « Ajoutez à cela les tentatives de déstabilisation de rwandarisation et de la libyesation du Cameroun par des prédateurs étrangers pour nos richesses. Un Cameroun attaque au nord par Boko Haram a l’est les refugies de la RCA au sud-ouest et au nord-ouest par les Ambazoniens qui tuent pillent et violent nos filles. L’heure est grave et les patriotes doivent défendre le Cameroun contre l’Ambazonie. Et faire savoir aux prédateurs en embuscade que le Cameroun reste et demeure UN ET INDIVISIBLE ».


>> Lire aussi – Présidentielle 2018 : pourquoi Kah Walla et Cie sont non-partant ?


La plaidoirie de la défense est objective. Me Momo, Banda Kani et les autres se sont affiliés à la vérité et à l’évidence. Tant pis pour ceux qui ne le perçoivent pas, avant d’aller à une élection, on fait une analyse et une étude approfondie des évidences. C’est exactement ce qu’ont fait les membres du « P20 ». L’avocat s’en défend : « Je dis ceci : ceux qui vous vendent cette élection comme un moyen pour chasser Biya du pouvoir vous vendent du vent. Paul Biya a déjà gagné. C’est imparable. Indiscutable. Mathématique. Scientifique. Alors au lieu de perdre du temps ou insulter celui qui vous dit la vérité, allons le voter à 99,99% pour l’accompagner dans son dernier mandat dans l’espoir qu’il va consolider la maison avant de partir nous laissant un héritage paisible comme il l’a pris. »

En un mot comme en mille, les partis politiques de l’opposition réunis au sein du « P20 » ont fait le choix de l’objectivité, le choix de la raison. Et ils ont raison…

Par Lazare Deffo II

Sociopolitique
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!