Opinions

Présidentielle du 7 octobre 2018 : Qui sera le prochain président Camerounais

Paul Biya, 84 ans qui brique son 7ème mandat, sûrement pour des raisons suivantes :

  • l’opposition camerounaise part divisée dans cette élection, comme elle en a d’habitude à chaque présidentielle du pays
  • l’équipe gouvernementale et la classe d’élite du pays qui ont considérablement détruits le Cameroun, encourages Paul Biya à rester en poste, afin que leur gombo national (leurs privilèges), soient garanties encore pour 7 ans au moins
  • les populations camerounaises sympathisantes ou non du RDPC, parti politique au pouvoir, par souci de boire gratis quelques bières occasionnelles offertes par le RDPC en campagne, appellent à voter Paul Biya
  • le peuple camerounais en général très lâche, ne sait pas manifester sa colère dans les rues du pays pour dire stop à la destruction du Cameroun par l’état RDPC
  • la communauté internationale, malgré l’instabilité politique du pays depuis plus de deux ans, c’est à dire les Camerounais tuent d’autres Camerounais dans leur pays, et une économie très mal en point, laissent quand même le candidat Paul Biya organisé à sa guise la présidentielle 2018, dont il a toutes les cartes en mains pour la gagner
  • les hommes d’affaire étatiques ou privés de la communauté internationale avec un cynisme de l’ancien monde font des phrases (gardiens du bon fonctionnement de la démocratie et le respect des droits de l’Homme monde, protection des populations fragiles), sont régulièrement reçus par Paul Biya ou par ses équipes pour signer des nouveaux contrats commerciaux dans un pays en ruine

>> Lire aussi – Présidentielle 2018 : la date du scrutin fixée au 7 octobre prochain


Pour la communauté internationale, seul le business est très important pour elle en terre camerounaise, tant que cela est encore possible au Cameroun de Paul Biya, pour elles, les tueries entre Camerounais,  c’est bien une affaire du président Paul Biya, et « ses frères ». On en est là.

Ce que doit faire le président Paul Biya, après son élection le 7 octobre prochain

Paul Biya, après son élection qui ne fait pas de doute au Cameroun le 7 octobre prochain, doit  démissionner après avoir préparé l’alternance politique. Pour ma part, je verrai bien un couple compétent et d’une expertise connue tel que Maurice Kamto et un anglophone ou Georges Gilbert Baongla et un anglophone du même profil, prendre les commandes du Cameroun qui vient.

Le président Paul Biya, devrait également régler les crises politiques actuelles: anglophone et Boko Haram.


>> Lire aussi – Présidentielle du 7 octobre 2018 : Qui sera le prochain président Camerounais


Ce serait  un grand legs que le président Paul Biya, laissera à son peuple aujourd’hui appauvrie et très divisé. Cette démission, une forme de sortie vers le haut par le président Paul Biya, est fondée par des raisons objectives :

  • le bilan du président Paul Biya en 36 ans de pouvoir est on ne peut plus négatif, faute d’avoir industrialisé le pays, pour créer des richesses pour tous, la réalisation de quelques infrastructures actuelles dans le pays, ne remplissent pas les ventres des Camerounais en moins l’avenir du pays
  • Paul Biya a vieilli, il n’a plus ses moyens physiques pour assumer les pleines fonctions d’un Chef d’État, dans une société devenue très exigeante
  • Ses équipes depuis 1982 à ce jour, n’ont jamais fait montre de compétence et d’ambition, afin de développer effacement le Cameroun
  • le président Paul Biya, ne peut pas régler les problèmes du pays, avec ceux-là mêmes qui ont été  hier et aujourd’hui à l’origine des problèmes du Cameroun en 2018
  • la déstabilisation politique très inquiétante dans le pays, une économie très mal en point, le Cameroun est très endetté, la corruption et la division des Camerounais aggraves considérablement la situation déjà très difficile du pays organisateur
  • les membres des équipes du président Paul Biya, d’hier et d’aujourd’hui, sont, selon la presse camerounaise en situation de guerre de succession dans le pays, quand ce ne sont  pas des règlements de comptes entre collègues
  • le président Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans n’aime pas, mais, alors pas du tout travailler avec le Camerounais qui a une expertise et des compétences connues, afin de développer le pays
  • ma tête est mise à prix pour avoir fait des propositions pour l’intérêt du Cameroun qui vient, on en est là

>> Lire aussi – Présidentielle 2018 : Pourquoi Jean-Jacques Ekindi a désisté ?


À travers ces raisons objectives citées, on voit bien que Paul Biya, qui a, à ce jour les cartes en mains, en tout cas pour l’instant, pour le destin du Cameroun, peut toujours s’entêter avec ses équipes, les mêmes qu’hier donc le bilan est  un échec total, de finir son 7ème mandat. Mais, il ne pourra jamais,  même pas par magie noire surmonter les obstacles cités.

Par Docteur Mathieu MBARGA-ABEGA

Journaliste politique et écrivain-Paris, PDG Afrique ActuelleTV en ligne, chez Afrique ActuelleTV
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité