A la UneActualitéFootballInfrastructures sportivesSport

Can 2019 : Les chantiers de Garoua avancent à grand pas

Une mission d’inspection de la CAF séjourne au Cameroun depuis le 6 août 2018. Elle va inspecter les installations devant abriter la Coupe d’Afrique des Nations de 2019 et parmi elles, celles de Garoua, ville située dans le nord du pays, qui devra abriter l'une des poules de la compétition.

La ville doit pour cela se doter d’un nouvel hôpital régional, des routes, et surtout des infrastructures sportives conformes aux exigences de la Confédération africaine de football.

Garoua en chantier.

Le gazon de type Bermuda Tifway 419 qui sera revêtu sur les stades d’entrainement de GarouaCameroun, 2 août 218. | Photo : VOA/ Emmanuel Jules Ntap

Quinze entreprises ont été retenues pour exécuter lesdits travaux « . Sur l’ensemble des sites, difficile de marquer un pas sans tomber sur les échafaudages, des machines à tourner le béton, des camions et autres engins lourds.

Sur la voie publique, des mottes de terre sont répandues sur de longues distances, pour faire passer le goudron, preuve que la capitale de la région du Nord est un vaste chantier.

« Nous avons perdu le sommeil au fur et à mesure que l’on s’acheminait vers l’arrivée ici, d’une ultime visite de l’équipe d’inspection de la Caf « , confie à VOA Afrique, Hamadou Moussa, directeur régional de l’entreprise Prime Potomac Cameroon.


>> Lire aussi – CAN Total 2019 : nouvelle mission d’inspection de la CAF


Mais, nous « sommes très avancés sur l’ensemble de nos chantiers puisque nous allons réaliser en 10 mois un travail qui normalement aurait dû être fait en trois ans », explique, l’air serein, M. Hamadou Moussa.

Sur l’un des chantiers de Prime Protomac, VOA Afrique a pu se rendre compte que le gazon qui va revêtir le stade d’entraînement de 1.050 places, pousse à quelques mètres de l’aire de jeu.

« Tous les gros ouvrages sont achevés, les seconds sont en cours d’exécution. D’ici la fin de la semaine prochaine, la couche de terre végétale sera répandue sur l’aire de jeu, il ne restera plus qu’à poser le gazon », rassure Yannick Azehe Tchio, qui supervise la construction dudit stade au quartier Tjoumassi à Garoua.

Chantiers livrés en septembre.

Le niveau des travaux de l’hotel 4 étoiles à Garoua, Cameroun, 2 août 218. | Photo : VOA/ Emmanuel Jules Ntap

La fin du mois de septembre prochain est évoquée comme délai de livraison de quatre terrains d’entraînement, un hôtel de quatre étoiles, et un autre hôtel, en cours de rénovation.

Ces travaux ont été confiés à l’entreprise Prime Potomac Cameroon. Et depuis lors, l’entreprise focalise l’attention de l’opinion dans la ville de Garoua.

Et pour cause, la grève de ses ouvriers en juillet dernier, ajouté à un mouvement d’humeur des fournisseurs de cette entreprise. Ce qui a laissé planer le doute sur la capacité de Prime à tenir ses engagements.


>> Lire aussi – CAN 2019 : début le 04 août la 3ème visite d’inspection de la CAF


« Nous nous sommes séparés de 2.600 personnes parce qu’elles n’avaient plus rien à faire par rapport à l’évolution des chantiers. Tout le monde a été payé. Seuls les ouvriers dont les chefs de projet ont encore besoin, sont restés en service », clarifie Opportune Ngo Hand, la directrice des ressources humaines.

« Les fournisseurs nous font de nouveau confiance. Un calendrier pour épurer les retards de paiement a été arrêté de commun accord. Et tout le matériel nous sera livré », renchérit un responsable de l’entreprise.

Reste que cette tension sociale a marqué les esprits et il est devenu quasi impossible d’arracher le moindre mot à un ouvrier de Prime Potomac sur ses conditions de travail et de vie. « On ne parle pas », répètent-ils tous en chœur.


>> Lire aussi – CAN 2019 : la CAF a constaté des retards dans les chantiers confiés à Piccini, Yeningum et Mota Engil


Les populations quant à elles, semblent se réjouir de la transformation que va connaître la ville de Garoua dès la fin des travaux.

« Nous aurons un beau stade ici à Roumdé Adja. Avec cinq terrains de football et trois hôtels de haut standing, Garoua sera belle », pense Ousmaila, commerçant à Garoua.

A Garoua, l’on croise les doigts pour que la Can 2019 ne soit pas retiré au Cameroun.

Par Emmanuel Jules Ntap

VOA Afrique
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!