AnalyseOpinions

Présidentielle 2018 : Analyse sémiologique de la campagne d’affichage du candidat Paul Biya

Une jolie veste d’un bleu nuit soigneusement chevillé au corps, une chemise d’une blancheur-colombe couronnant une belle cravate-tissée de soie vierge, couleur vermeil, les bras ouverts en posture de conversation... ainsi se présente l’effigie du candidat Paul Biya, président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), qui a officiellement lancé sa campagne électorale le 22 septembre 2018 par un slogan à la fois allégorique et emblématique : « Paul Biya, La Force de l’expérience ».

Pensé par des spécialistes en communication et des sémiologues chevronnés, le slogan de Paul Biya « La force de l’expérience » est tout un programme. Ledit slogan qui enjolive les rues du pays résume en une parfaite litote, l’avantage professionnel du Président-sortant, l’homme d’Etat pétri d’expériences, de pratiques, d’actions et de praxis politiques, économiques et sociales. Les affiches du candidat Biya ne passent pas inaperçues et sont visibles partout, car le Président-sortant ne cache pas sa fierté, celle d’un devoir accompli, même s’il reste lui du chemin. C’est ce chemin qu’il sollicite à travers le Septennat que certains exégètes disent être celui des « Grandes finitions »…


>> Lire aussi : Présidentielle 2018 : « La force de l’expérience », le slogan de campagne de Paul Biya


Est-il besoin de dire que Paul Biya est en campagne ? Et qu’il vient de donner un grand coup d’accélérateur à sa réclame politique depuis le 22 septembre dernier ? Du point de vue de la réussite publicitaire, Paul Biya a déjà une longueur d’avance sur ses adversaires. Ses affiches sont partout, autant que sa riche gadgeterie. Ses effigies noient celles des adversaires. La dynamique de sa campagne électorale s’exprime par l’omniprésence de ses affiches qui s’affichent à tous les coins et recoins. Sur ce plan, Paul Biya mène au score… Pour la campagne telle que les Camerounais la vivent depuis une semaine, il n’y a pas match.

La fiche des affiches

Sur ses affiches de campagne, le président sortant qui est candidat à sa propre succession apparait beau, neuf, élégant. On y voit un Paul Biya serein, radieux, jovial sans excès, et en situation de dialogue avec un interlocuteur inconnu qu’on ne voit pas sur la photographie. Cette abstraction d’un interlocuteur visible est une ellipse volontaire du destinataire qui laisse croire que le Président ne parle pas à un individu indentifiable, mais qu’il s’adresse à tout le monde. Cette technique sémiotique laisse penser que le Président Biya parle au Peuple, à son Peuple, au Peuple camerounais qui en a fait son préféré.

Dans le paradigme interprétatif de la sémiologie, l’effigie de Paul Biya qui laisse sous-entendre une posture d’un dialogue abstrait entre le chef de l’Etat et son Peuple fait que son dialogue implicite prenne des allures d’un message à la Nation. C’est devant le Peuple que se présente celui qui se considère comme le préféré de ce même peuple. Autrement dit, c’est au Peuple camerounais que le candidat Paul Biya sollicite des voix.


>> Lire aussi : Présidentielle 2018 : l’opposition accuse la CRTV de favoriser Paul Biya


À bien regarder la photographie des affiches qui jonche les rues du pays, on y voit un Paul Biya exhibant sur son annulaire gauche une précieuse alliance dorée, signe de sa stature d’époux, de papa, de père de famille et de Père de la Nation. Remarquable et avenant, comme de coutume, les cheveux ébènes du Président-candidat contrastent avec sa peau propre et d’un brun flamboyant. Au vrai, la photo présente un homme d’Etat neuf qui ne fait pas son âge. Sage constat, les affiches du candidat Biya affichent l’image d’un homme frais et prêt. Rien n’est mésestimé dans le dynamisme du langage para verbal qui offre à disserter aux sémiologues. Aucun détail présent ou absent sur les photographies de campagne du Président-candidat, au cours de cette Présidentielle 2018, n’est négligé, aucun détail n’est relégué aux anecdotes.

Les effigies de Paul Biya laissent transparaitre un Président qui parle. Ces affiches parlent ! Elles nous parlent ! Les effigies de campagne du Président qui peuplent villes et villages s’adressent au Peuple. Le message abstrait y afférent renvoie à une campagne-champagne qui déroule son programme avec force, tout autant qu’elle se déroule sans infamie et sans la moindre injure du président-candidat envers ses rivaux et concurrents politiques qui sont en lice pour Etoudi… Est-ce peu dire que d’affirmer que Paul Biya mène une campagne propre sans invective à l’endroit des huit autres prétendants au trône présidentiel ?


>> Lire aussi : Jacques Fame Ndongo : « Le président Paul Biya a un bilan éloquent »


Au cours de la campagne électorale en vue de la Présidentielle du 7 octobre 2018, les sémiologues sont unanimes que le Président Paul Biya se préoccupe en toute exclusivité de son image de mage politique. Il s’adresse à son Peuple et lui parle sans témoin. Il ne se disperse pas et ne disperse pas ses énergies. Il n’insulte personne et ne livre pas de duels perfides contre ses concurrents, il prend le peuple à témoin. Il a un programme bien étoffé, il a un passé mais n’est pas un homme du passé dépassé par les événements. Mieux, il a un passif riche en actifs, que la Présidentielle 2018 s’emploie à activer et à réactiver.

Par Ousmanou Boiro

Sociopolitogue à Yaoundé
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!