A la UnePolitiqueVidéos
A la Une

Marche de protestation : Dix-neuf militants du MRC de Maurice Kamto interpellés à Bafoussam

Dix-neuf partisans de Maurice Kamto, candidat malheureux à la présidentielle du mois dernier au Cameroun, ont été arrêtés dimanche à Bafoussam (ouest) lors de manifestations contestant la victoire du président sortant Paul Biya.

Selon des sources du MRC, contactées par VOA Afrique, « ces personnes ont été finalement arrêtées », et conduit à la police judiciaire de bafoussam.

Ces interpellations par la police ont eu lieu en deux endroits de Bafoussam, capitale de la région Ouest, où les partisans de M. Kamto manifestaient.

Des membres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le parti de Maurice Kamto, avaient annoncé qu’ils avaient l’intention de manifester dimanche à Bafoussam pour protester contre les résultats de la présidentielle du 7 octobre, qui ont donné la victoire au président Biya, 85 ans, au pouvoir depuis 36 ans.

Sur une vidéo, dont VOA Afrique a obtenu copie, l’on aperçoit quelques militants du MRC, le parti de l’opposant, Maurice Kamto-, assis à même le sol, tenant des branches d’arbres en main et criant « non-au hold-up électoral !».


>> Lire aussi – Prestation de serment de Paul Biya : le discours de la résistance nationale de Maurice Kamto


Des manifestants ont posté sur les réseaux sociaux des images de ces rassemblements au cours desquels a été dénoncé un « hold-up électoral ».

Un important dispositif policier restait en place à Bafoussam par crainte de nouvelles manifestations dans la soirée, selon des témoins.

Seize militants du MRC qui manifestaient pacifiquement le 28 octobre à Yaoundé contre les résultats de la présidentielle, avaient été arrêtés et remis en liberté deux jours plus tard.


>> Lire aussi – Présidentielle 2018 : Maurice Kamto demande à « la communauté internationale » de recompter les voix


Maurice Kamto qui se proclame « président élu » a demandé vendredi à la « communauté internationale » de recompter les voix. Il avait proclamé sa victoire dès le lendemain du scrutin, deux semaines avant la proclamation officielle des résultats.

Cet avocat de 64 ans affirme que l’élection a été marquée par des « fraudes massives et barbares », mais entend « faire triompher la vérité » par « des moyens pacifiques ».

Le président Biya réélu pour un 7e mandat consécutif avec 71,28% des voix (contre 14,23% à Kamto), prêtera serment le 6 novembre, 36 ans jour pour jour après son arrivée au pouvoir en 1982.

Par Emmanuel Jules Ntap

VOA Africa
Commentaires de Facebook
Source
VOA Afrique
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité