A la UneSociété

Douala : 61% du transport urbain assuré par les mototaxis

Les mototaxis assurent 61% du transport urbain de Douala, la deuxième ville du Cameroun, d’après une étude de la Communauté urbaine de Douala (CUD) dont APA a reçu copie lundi.

Portant sur le Programme de mobilité urbaine soutenable (PMUS), cette étude démontre l’insuffisance qualitative et quantitative des services de transport public, couplée à la faiblesse de la réglementation et de la police de la circulation, la congestion du trafic et à l’incivisme de la population. Ces maux ont des conséquences négatives sur la santé et la sécurité des populations.

A en croire Prisca Lablonde Tene Mbimi, chef du service des Transports et de la Mobilité à la Communauté urbaine de Douala, « les études menées dans le cadre de l’élaboration du PMUS montrent que la part modale des mototaxis s’élève à près de 61%. A cet effet, il est important d’organiser les déplacements par ce mode ».

Dans cette perspective, a-t-elle insisté, il « a été proposé de professionnaliser ce secteur à travers le développement d’un programme en partenariat avec les associations, qui consiste à s’appuyer sur les organisations existantes pour créer un climat de confiance, identifier les motos-taximen et améliorer la sécurité des usagers ».


>> Lire aussi – Transport interurbain : Des bus « made in Cameroun »


Pourtant, au regard du poids des mototaxis dans le transport urbain dans une ville de plus de trois millions d’habitants comme Douala, la stratégie du PMUS repose sur le transport de masse permettant la prise en compte du rôle économique stratégique de Douala et ses besoins en termes d’intermodalité, de multimodalité, de hiérarchisation du réseau de transport et bien évidement de l’articulation entre urbanisme et transport, note la CUD.

En attendant de voir la courbe s’inverser, la municipalité envisage l’amélioration de la qualité de service par des mesures annexes en initiant le développement d’une plateforme de réservation et de notation des conducteurs de mototaxis.


>> Lire aussi – Transport interurbain : Garanti Express suspendu un mois


Il en est de même de la limitation du nombre de points de chargement sur les routes bitumées afin de mettre un terme au désordre vécu actuellement à Douala.

En l’absence des chiffres fiables du fait notamment de la non immatriculation des mototaxis dans les fichiers du ministère des Transports et de la Communauté urbaine, certaines sources situent le nombre de mototaxis à plus de 150.000 qui opèrent quotidiennement dans la métropole économique camerounaise.

Par Achille Mbog

APA
Commentaires de Facebook
Source
APA
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!