A la UneAudioEntretien

Pierre Moukoko Mbonjo : « C’est la première fois qu’un sommet extraordinaire (de l’Union africaine) est consacré aux réformes »

Il était présenté par certains observateurs comme la dernière occasion de réformer l’Union africaine. Le onzième sommet extraordinaire des dirigeants de l’institution continentale s’est terminé hier (dimanche) à Addis-Abeba.

Les 55 membres sont tombés d’accord pour réviser la Commission, qui est l’exécutif de l’UA. L’idée est de gagner en efficacité. L’entrée en vigueur est prévue pour 2021. Autres décisions : les chefs d’État ont acté la transformation du Nepad en agence de développement de l’Union. Ils ont aussi décidé le durcissement des sanctions contre les membres mauvais payeurs.


>> Lire aussi – Absence d’Ali Bongo : Moussa Faki Mahamat envoie une mission d’information au Gabon


Ce sont des décisions qui visent à un grand toilettage de l’organisation. Pourtant, beaucoup d’observateurs et même des membres de l’UA se disent déçus par l’ampleur de ces réformes. « Tout ça pour ça » en quelque sorte. Réponse du « Monsieur réformes » de la Commission de l’UA, le Camerounais Pierre Moukoko Mbonjo, au micro de RFI.

L’Union Africaine est en train de faire des efforts remarquables en terme d’autonomie financière. En deux ans, la dépendance vis-à-vis des partenaires est passée de 60 à 30%. (…) Mai ils n’en reste pas moins vrai qu’il y a des problèmes liés au non paiement à date des contributions des Etats membres. Pierre Moukoko Mbonjo

Par Vincent Dublange

RFI
Commentaires de Facebook
Source
RFI
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!