ActualitéCultureEntretien
A la Une

Parfait Tabapsi : « Un projet thématique culturel, c’est possible »

Parfait Tabapsi, président de la Cameroon Art Critics (CAMAC), organisateur de « Mosabration ».

Vous célébrez les huit ans de « Mosaïques », une longévité inespérée pour un journal culturel. Que retenir de cette célébration-anniversaire ?

C’est difficile de faire le bilan d’autant d’années en une ou deux phrases. « Mosaïques », c’est huit années sans rupture. Nous avons produit en moyenne plus d’un numéro par mois pendant ces huit ans. On a pu démontrer qu’un projet de cette nature est possible dans notre environnement. Ce projet est particulier car il s’agit d’un produit thématique culturel qui n’est pas l’apanage du plus grand nombre. Ensuite, c’est un journal un peu atypique au Cameroun, animé par trois types de contributeurs : les journalistes culturels, les chercheurs en art et puis les artistes eux-mêmes. Le but étant de donner un discours de l’intérieur du Cameroun et de l’Afrique sur les pratiques artistiques et les idées du Cameroun et de sa diaspora. Je dois saluer la grande équipe qui a travaillé pendant huit ans pour qu’on soit présent de manière régulière et pertinente sur la scène médiatique et culturelle.


>> Lire aussi – Exposition : tableaux en « Mosaïques »


En plus de l’exposition, quelles sont les articulations de cette célébration ?

Il y a généralement trois types d’activités. Il y a une activité intellectuelle, avec deux tables rondes qui auront lieu à l’Institut français et une dédicace. Nous voulons partager avec le public les expériences de ceux qui nous ont précédés dans cette famille des revues culturelles. On va parler de la revue Abbia et ses 20 ans d’expérience, mais il y aura également le Pr. Marcellin Vounda Etoa, Jean Claude Awono, moi-même et bien d’autres figures pour partager l’expérience de « Mosaïques ». Les thématiques telles que « L’entreprenariat privé dans la culture au Cameroun », meubleront ces échanges. Tout ce panel consistera à expliquer les motivations et difficultés rencontrées. Il y a aussi la partie artistique et ses deux grands moments : l’exposition d’art plastique à l’Institut français, et la soirée pluri artistique qui va mettre sur la scène des artistes de différents renoms à l’Institut Goethe. On peut également citer ce grand feu que nous allumerons à l’espace FIIA à Nsimeyong à Yaoundé, avec autour, des prestations artistiques.

Par Monica NKODO

CAMEROON TRIBUNE
Commentaires de Facebook
Source
CAMEROON TRIBUNE
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!