ActualitéAfrique
A la Une

Félix Tshisekedi, vainqueur de l’élection présidentielle en RDC

L'opposant Félix Tshisekedi est le vainqueur de la présidentielle du 30 décembre dernier, selon les résultats provisoires de la CENI publié dans la nuit de mercredi à jeudi à Kinshasa.

Leader de l’Union pour la démocratie et le progrès sociale (UDPS), parti de feu son père (Etienne Tshisekedi), Félix Tshiskedi, 55 ans, « a reçu un peu plus de 38% », selon la déclaré du président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nangaa.

Ces élections ont connu un taux de participation de 47,56%, a précisié M. Nangaa.

Les résultats définitifs de ce scrutin à un seul tour devront toutefois être publiés par la Cour constitutionnelle après examen des recours s’il y en aura.

Confirmé par la haute instance juridique du pays, le successeur de Joseph Kabila devra par la suite être investi pour entrer en fonction.

Il remplace à la tête du pays Joseph Kabila arrivé au pouvoir en janvier 2001 après l’assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila, tombeur du dictateur Joseph Mobutu Sese Seko qui était resté au pouvoir 32 ans.


>> Lire aussi – Situation « sous contrôle » au Gabon après la tentative de coup d’Etat


Le mandat de Joseph Kabila s’est terminé en 2016 mais il s’est maintenu à son fauteuil faute d’élections.

Pour avoir fait plus de deux mandats comme président, Joseph Kabila ne pouvait plus se représenter à la présidentielle du 30 décembre 2018 car cela était la limite fixée par la Constitution.

Après l’élimination de plusieurs prétendants parmi lesquels l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba et l’ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi, 21 candidats étaient restés en lice.

Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la famille politique de Joseph Kabila, ainsi que deux principaux opposants, Martin Fayulu de la coalition « Lamuka » et Félix Tshisekdi, du CACH (Cap pour le changement) étaient en lice.


>> Lire aussi – Comment expliquer la spectaculaire remontée en puissance de Boko Haram?


La présidentielle du 30 décembre, maintes fois reportée, était organisée en même temps que les législatives et le locales dont les résultats provisoires seront proclamées plus tard.

Ces élections se sont tenues avec la machine à voter, objet d’une polémique, mais acceptée en fin de compte pour servir juste de d’imprimante de bulletin de vote.

La représentante du MLC (Mouvement pour la libération du Congo) de Jean-Pierre et membre de la coalition Lamuka a refusé de signer les procès-verbaux de la plénière de délibération des résultats de la CENI.

Son parti conteste la transmission électronique d’une partie de données, car seul le comptage manuel est admis par la loi congolaise.


>> Lire aussi – Quand la rencontre entre Didier Drogba et Simone Gbagbo en Côte d’Ivoire fait le buzz


Mais la CENI a indiqué dans son procès-verbal qu’elle a pris en compte aussi bien les données du comptage manuel que celles issues de clés-USB, de deux sources différentes.

La RDC a financé seule ces élections et refusé d’accréditer les observateurs du Centre Carter et de l’Union européenne.

Par Eddy Isango

VOA Afrique
Commentaires de Facebook
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!