ActualitéPolitiqueRevue de la presse
A la Une

Le Conseil ministériel en couverture des journaux

Le Conseil ministériel tenu la veille, présidé par le président Biya, inspire des commentaires divergents dans les journaux camerounais parus jeudi.

Le chef de l’État, entame Défis Actuels, a présenté aux différents membres du gouvernement sa feuille de route pour l’exercice et l’exécutif, face aux grands enjeux et défis qui l’interpellent, doit poursuivre la mise en œuvre des réformes institutionnelles et structurelles en cours et accélérer le rythme d’exécution des grands projets structurants.

Une vue du conseil ministériel du 16 janvier 2018 | Photo : PRC

Paul Biya a donc décliné la feuille de route aux ministres, renchérit The Post, mettant l’accent sur la lutte contre la corruption, l’intensification des efforts en vue d’atteindre l’émergence en 2035 et, pour la première fois, l’organisation des élections régionales prévues dans la Constitution de janvier 1996.

Après avoir exhorté le gouvernement à déployer les efforts nécessaires pour assurer un meilleur accueil aux investisseurs, et à leur accorder les facilités appropriées, le président de la République, prolonge Le Jour, a rappelé à ses interlocuteurs les principaux points du programme économique, financier, social et culturel pour l’exercice 2019, considéré comme la feuille de route du gouvernement en matière de maîtrise des contraintes sécuritaires à l’intérieur du pays comme aux frontières; la consolidation de la paix, de l’unité nationale et du vivre-ensemble.


>> Lire aussi – Paul Biya préside le premier conseil ministériel de l’ère Joseph Dion Ngute


Dans la même veine, il a prescrit le parachèvement de la mise en place du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance, ainsi que l’exécution du Plan triennal «Spécial jeunes», la préparation des élections législatives, municipales et régionales.

L’intervention de Paul Biya avait des airs de discours d’un coach soucieux de galvaniser son équipe pour la victoire, applaudit le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, lui qui face aux défis de l’heure pense que rien de durable ne peut se construire sans un esprit de collégialité, de solidarité et d’ardeur au travail.

La tâche sera plus que difficile, pour le nouveau gouvernement dirigé par Joseph Dion Ngute, prévient The Guardian Post qui égrène la litanie de défis à relever au premier rang desquels la crise sécessionniste anglophone dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, l’éradication de la secte islamiste Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la corruption, les détournements de deniers publics, l’inertie endémique ou encore la bureaucratie.

Ramener la paix et la stabilité

Le nouveau Premier ministre et son équipe, écrit Cameroon Tribune, savent qu’ils doivent tout faire pour ramener la paix et la stabilité sur l’ensemble du territoire national, et particulièrement dans les zones en proie au séparatisme.

Ce Conseil ministériel n’était rien d’autre qu’une simple formalité, tacle Mutations, qui n’y a vu, plus d’un an après le dernier conclave du même type, que du réchauffé servi aux ministres, un long monologue présidentiel sans aucune possibilité d’échanges constructifs.

«Les séances de travail entre Paul Biya et le gouvernement se suivent et se ressemblent, et une telle monotonie, surtout à une période charnière où le bateau Cameroun prend l’eau de toutes parts, renforce l’impression que les conseils des ministres, chez Paul Biya, ne relèvent que d’une formalité.»


>> Lire aussi – Réaménagement : Quand Paul Biya maintient les équilibres


«Paul Biya ne dit rien de nouveau à ses ministres», répond en écho Baromètre Communautaire : pour sa première séance de travail du septennat dit des «grandes opportunités» avec le gouvernement formé le 4 janvier dernier, le président réélu en octobre n’a en rien innové, se contentant de renvoyer le gouvernement au programme politique, social et financier à courte vue de 2019, présenté en novembre dernier à l’Assemblée nationale et qui ne saurait traduire une véritable ambition d’émergence.

C’est harassant, à la fin ! s’emporte Mutations : le chef de l’État prend une dizaine de minutes pour délivrer sa communication spéciale – seul point inscrit à l’ordre du jour –, puis prend congé de ses hôtes.

Par Félix Cyriaque Ebolé Bola

APA
Commentaires de Facebook
Source
APA
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!